Une des choses que je veux faire avec ce blogue est de présenter de la musique qui m’a influencée et qui a fait de moi le DJ que j’ai été au cours des dernières années. Une série d’articles s’appellera tout simplement Classique et servira justement à faire ça.

Après avoir initialement débuté en mixant du trance et ensuite du breakbeat, c’est finalement avec l’électro que j’ai vraiment senti que j’avais trouvé un son qui représentait le mieux ma personnalité. À l’époque, les DJs qui m’ont le plus influencé et qui m’ont ouvert les oreilles à ce genre de sons étaient les locaux G’ObrienMiniMaxxx et Pat Davis. J’avais déjà un penchant pour les sons plus sombres et durs comme Black Strobe ou Alter Ego mais je me souviens précisément qu’il y a eu un moment charnière dans mon son (et dans le son de la musique électro pendant plusieurs années). Ce moment crucial fut la sortie du single Waters of Nazareth par le duo français Justice en 2005.

Justice n’étaient pas très connus à l’époque et avaient d’abord été révélés par un premier single intitulé Never Be Alone avec Simian. C’était essentiellement le résultat de leur participation à un concours de remix du morceau de Simian (concours qu’ils ont perdu, en passant, mais ce remix est devenu un énorme succès sur Internet et les a fait signer avec Ed Banger). Waters of Nazareth était donc ce qu’on pourrait qualifier de leur premier vrai single… et c’était tout un premier single. Ce qui était nouveau à l’époque et qui a immédiatement attiré mon attention était la généreuse dose de distorsion qui saute au visage dès les premières secondes du morceau et qui ne lâche pas jusqu’à la fin. C’était à la fois une claque au visage et une révélation: c’était possible d’avoir un son électro aussi cru et sans détour.

Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je suis devenu accro dès le début. Il semble que je n’étais pas le seul, car ce single a clairement engendré un nouveau genre d’électro qui a également été fièrement porté par d’autres producteurs comme Boys Noize, Sebastian, Proxy et Dilemn. Pour le meilleur et pour le pire, l’électro est un peu devenue un jeu de celui qui cogne le plus fort en trouvant de nouvelles manières d’ajouter une couche de distorsion supplémentaire par dessus les quinze autres couches existantes. Il y eut rapidement d’innombrables imitations (parfois à la qualité douteuse), mais d’excellents producteurs ont su maîtriser l’art de déchirer juste assez tout en gardant un bon goût. Dans l’histoire récente de la musique électro, on peut clairement entendre un avant/après Waters of Nazareth. Ce fut mon son pendant de nombreuses années et le set suivant est le parfait exemple de l’influence de ce morceau sur ma musique pendant des années et encore aujourd’hui.

Tracklisting:
1. Boys Noize – Don’t Believe The Hype (Surkin Remix 1)
2. Whitenoise – It’s What We Do
3. The Prodigy – Girls (Gehts Noch Edit)
4. TEPR – En Direct De La Cote (Alavi Rerox Remix)
5. Trashtalk – Tank Girl (Original Mix)
6. Trentemoller – African People
7. Jamelia – Beware of the Dog (Alavi Rerox Remix)
8. Daft Punk – Human After All (Sebastian Remix)
9. Para One – Dudun-Dun (Boys Noize Remix)
10. Simian Mobile Disco – Tits & Acid
11. Mr Oizo – Nazis (Justice Remix)
12. The Klaxons – Atlantis to Interzone (Digitalism Remix)
13. Omni – Rocking Monster
14. Boys Noize – Erole Attakk (Original Mix)
15. Sebastian – Greel